Gérard (St Etienne, 1939)

Depuis l'âge de 7 ans en 1939 jusqu'à 10 ans en 1942, résidant à Saint Etienne, je fus fidèle lecteur de "Coeurs Vaillants", et courais chaque semaine prendre cet hebdomadaire dès sa parution chez le libraire de ma paroisse.

Depuis l’âge de 7 ans en 1939 jusqu’à 10 ans en 1942, résidant à Saint Etienne, je fus fidèle lecteur de “Coeurs Vaillants”, et courais chaque semaine prendre cet hebdomadaire dès sa parution chez le libraire de ma paroisse.

Je suivais passionnément les histoires de Jean-François, chef d’équipe, et celles du cow-boy Jim Boum (je me souviens en particulier de sa rencontre avec les animaux préhistoriques dans le Matto-Grosso brésilien: les ptérodactyles géants attaquant son avion heureusement doté d’un mitrailleur arrière ; sa lutte contre le cératosaure…).

Et surtout la page dessinée par Hergé: d’abord les aventures de Jo et Zette, et puis l’apparition de Tintin: notamment la première version de l’“Ile Noire”. Et puis la première version de “Tintin au pays de l’Or Noir”, à un moment où le personnage du Capitaine Haddock n’était pas encore créé : les Dupont et Dupond y affrontaient les mirages du désert, non en jeep (inconnue de nous à l’époque), mais avec leur Citroën 5 CV “As de Pique”, telle que décrite en première page. Cette parution dura jusqu’à l’image où Tintin se penchait sur l’oléoduc crevé - ce devait être au printemps 1942. Ce fut la dernière feuille publiée. Les semaines suivantes, plus de Tintin ! Je me rappelle à quel point le gamin que j’étais fut consterné de ne pouvoir connaître la suite de l’histoire… Je ne pus la retrouver que plusieurs années plus tard, modernisée dans l’album adéquat…. ce qui me permit de me rendre compte que dans chaque feuille hebdomadaire d’Hergé, un suspense était créé dans la dernière image en bas et à droite, pour inciter le lecteur à acquérir le numéro suivant! Disposition conservée à chaque page des albums actuels (dont je reste fidèle lecteur), bien que cette motivation commerciale n’ait plus d’objet.

A l’âge de 8 ans, mes parents décidèrent de m’incorporer dans une structure pour occuper mes jeudis après-midi. Empli des histoires de Jean-François, je suppliais mes parents de m’inscrire aux Coeurs Vaillants. Mais leur structure n’existait pas dans la paroisse, alors qu’existait une meute de louveteaux… où je fus inscrit. Je continuais à acheter “Coeur Vaillant” - mais l’arrêt de l’histoire de Tintin, ainsi que mon insertion aux louveteaux, m’en fit peu après abandonner sa lecture.

Ce contenu vous intéresse ?
EnVOYEZ-NOUS UN MESSAGE

Les informations que vous nous communiquez ne pourront être transmises à un tiers sans votre accord.

 

Vous devez renseigner votre prénom
Vous devez renseigner votre nom
Vous devez renseigner votre adresse
Vous devez renseigner votre code postal
Vous devez renseigner votre ville
Vous devez renseigner votre email

*Champs obligatoires

/* Default JS include */ /* Calculatrice utils */ /* Progessbar utils */