Geneviève (Sologne, 1937)

Inutile de vous dire combien ces revues nous ont été une joie, un apport de vies, de découvertes, de patience quand on attendait la suite ou quand le frère attendait de nous passer la suite de toutes les histoires avec le sens de la bravoure, de la force, de l'invention ou de l'acceptation des difficultés...

Je n’ai plus les dates exactes mais autour des années 1937, un cousin prêtre à Mur de Sologne avait abonné mon frère à Coeur Vaillant, puis quand Âme Vaillante a paru, il a fait de même pour moi. Et sans doute mes parents par la suite.

Inutile de vous dire combien ces revues nous ont été une joie, un apport de vies, de découvertes, de patience quand on attendait la suite ou quand le frère attendait de nous passer la suite de toutes les histoires avec le sens de la bravoure, de la force, de l’invention ou de l’acceptation des difficultés, etc., etc.

Je me souviens un peu de l’histoire de Marisette aux yeux clos et bien sûr celles de Tintin et Milou, Jo et Zette avec leur gorille. Tout était enchanteur.

J’aurais aimé retrouvé quelques numéros. Pourtant nous les avions collectionnés avec ce que le mouvement proposait pour fabriquer une boite solide. Mais les divers déménagements et surtout le mariage pour mon frère et la vie religieuse pour moi ont délaissé les collections qui ont sans doute réjoui des jeunes et moins jeunes.

J’avais retrouvé chez mon frère le dictionnaire Larousse que j’avais eu comme 1er prix sur les anomalies à trouver dans un concours, une autre fois, j’avais eu un porte-serviettes à border où était inscrit “Le sourire toujours”. Ce qui a été un peu, je pense, ma devise car lors d’une longue maladie en chimio, un des médecins a dit en passant devant mon lit avec d’autres : “cette malade a toujours le sourire”.  Il devait pourtant être grimaçant et ces mois derniers en maison d’EHPAD (j’ai près de 89 ans), une assistante de vie m’a demandé aussi comment j’avais facilement le sourire.

Peut-être est-ce la revue qui m’a forgé à réagir ainsi ?

Ma jeune sœur était abonnée à Bernadette, notre aînée, je ne me souviens plus…

Après un curriculum vitae, ici et là, France, Belgique, Espagne au service des malades à domicile, je suis arrivée en Normandie, à Grand Quevilly où les Fils de la charité m’ont embarquée en Pastorale et service des mouvements : ACO, ACE, JOC… J’ai donc participé à la formation d’équipes en ACE. Avec des Fripounets, etc.

 

Ce contenu vous intéresse ?
EnVOYEZ-NOUS UN MESSAGE

Les informations que vous nous communiquez ne pourront être transmises à un tiers sans votre accord.

 

Vous devez renseigner votre prénom
Vous devez renseigner votre nom
Vous devez renseigner votre adresse
Vous devez renseigner votre code postal
Vous devez renseigner votre ville
Vous devez renseigner votre email

*Champs obligatoires

/* Default JS include */ /* Calculatrice utils */ /* Progessbar utils */