Pierre (St Etienne, 1940)

Compte tenu de ma propre expérience d'enfant en Mouvement, et de tout ce que j'en avais reçu personnellement, j'ai tout de suite cherché à démarrer des petits groupes CV et AV. J'ai fait appel à des jeunes pour accompagner ces groupes... Et c'est ainsi que le Mouvement a démarré sur le quartier.

Originaire d’un quartier populaire de la région stéphanoise, il y a bientôt 85 ans, j’ai eu la chance, ou plutôt la grâce de connaître le Mouvement CV-AV et d’y participer dès mon enfance. Le jeune prêtre, qui était “vicaire” dans ma paroisse avait fondé et organisé le Mouvement avec les enfants qu’il rassemblait au “patronage”. J’en ai fait partie, dès le début, vers les années 40-41. Nous étions organisés en “équipes” pour lesquelles nous choisissions un nom et une devise. La mienne, c’était l’équipe “Saint Jean” et notre devise “D’un seul cœur!”…L’ensemble des équipes constituaient le “groupe”, CV pour les garçons, AV pour les filles. Nous avions notre “coin d’équipe”, que nous organisions et que nous décorions à partir de ce que nous réalisions. Dans chaque équipe, il y avait un responsable: c’était l’un de nous que nous choisissions, qui était en quelque sorte le répondant, le délégué de l’équipe… Dans son ensemble, le groupe (CV ou AV) était constitué des différentes équipes, selon les âges: les équipes d’“aiglons” pour les plus petits, puis les “cœurs d’or”, puis les “ardents” et enfin les “entraîneurs” pour les 14-15 ans. Nous avions chacun notre “carnet personnel”, dont j’ai conservé un exemplaire), sur lequel nous trouvions des chants du Mouvement, des indications pour nous organiser, des conseils pour vivre notre vie quotidienne selon l’Esprit du Mouvement…On nous proposait de franchir des étapes, dans notre engagement comme CV…Selon notre âge et notre fidélité dans le Mouvement, il y avait la “croix bleue”, puis la “croix verte” puis la “croix vermeille”…que nous recevions au cours de célébrations officielles qui nous rassemblaient et nous engageaient toujours plus. Nous étions fiers de porter cette croix à notre boutonnière. Nous diffusions aussi, chaque semaine, dans les rues du quartier, notre journal “Cœurs vaillants”. Dans notre petit carnet, il y avait aussi la “prière des CV”, que le prêtre nous avait appris à chanter, lorsque nous nous retrouvions en “groupe”: “ Seigneur Jésus qui aimez tant les Cœurs Vaillants bénissez mes frères, les petits gars de France, et tous les autres du monde entier. Ayez pitié de ceux qui ne vous connaissent pas ou qui ne veulent pas vous connaître… Donnez-moi la force d’avoir toujours le sourire et de n’avoir jamais peur de faire un sacrifice. Apprenez-moi à faire de ma vie quelque chose de beau et faites-moi l’honneur de vous aider à sauver le monde. Sainte-Vierge Marie, douce maman des CV, gardez toujours mon cœur bien pur et fidèle à Jésus!” Cette prière a dû avoir quelques effets dans ma vie. D’abord parce que je l’ai retenue jusqu’à aujourd’hui, parce que je la trouve belle et appelante… Mais aussi parce que c’est dans cette expérience du Mouvement, pendant plusieurs années, que l’idée m’est venue de penser à devenir prêtre. En effet, en constatant comment le prêtre qui s’occupait de nous dans le Mouvement, se mettait à notre service, nous écoutait, nous aidait à prendre nos responsabilités d’enfants, à nous organiser, je pensais en moi-même que j’aimerais bien “faire comme lui”! L’occasion s’est présentée d’en parler au prêtre, au cours d’un camp, en août 1943. J’avais 11 ans! Et c’est ainsi que, dès la rentrée suivante, je me suis mis en route pour commencer ma formation, d’abord au “petit séminaire” - c’était le chemin proposé à l’époque- puis au Grand Séminaire… Ordonné prêtre en 1957, j’ai été envoyé comme “vicaire” dans une paroisse de banlieue où des HLM étaient en pleine construction. Je voyais les enfants innombrables qui arrivaient sur le quartier. Certains venaient à la paroisse. Compte tenu de ma propre expérience d’enfant en Mouvement, et de tout ce que j’en avais reçu personnellement, j’ai tout de suite cherché à démarrer des petits groupes CV et AV. J’ai fait appel à des jeunes pour accompagner ces groupes… Et c’est ainsi que le Mouvement a démarré sur le quartier. Je crois que grâce à la visibilité qu’il prenait, de plus en plus d’enfants demandaient à en faire partie. Soutenus par la “fédération”, nous organisions régulièrement des CDR: Conseils de responsables, où nous relisions la vie des enfants que les responsables découvraient, en cherchant à faire avec eux, autant que nous le pouvions, le lien avec l’Évangile. Personnellement, j’accompagnais un groupe de filles AV de 13-14 ans (on dirait aujourd’hui un club ACE) et je leur avais proposé de faire “un carnet d’équipe” sur lequel, de rencontres en rencontres, elles notaient ce qu’elles découvraient, ce qu’elles réalisaient et leurs projets….pour vivre leur vie d’Âmes vaillantes, sur le quartier, à l’école, dans leur famille… Ensuite, j’ai été appelé comme prêtre à d’autres responsabilités apostoliques et pastorales… Beaucoup d’années ont passé…Et voici qu’un jour, je reçois un appel téléphonique d’une jeune fille qui me demande de venir voir sa maman qui, en phase terminale d’un cancer, vivait ses derniers jours à l’Institut de Cancérologie… Sa maman, c’était Josiane, une des filles du groupe AV, que j’avais accompagné quelques 50 ans plus tôt, et que je n’avais revue qu’épisodiquement. Sa fille insiste : “Maman veut absolument vous voir avant de nous quitter…” Je me rends donc auprès d’elle, dans sa chambre d’hôpital. Josiane a eu la force de me dire : “Je voulais vous voir avant de m’en aller…Je tenais à vous dire que si j’ai tenu bon au milieu de toutes mes galères, c’est grâce à ça…”. Elle sort alors du tiroir de sa table de chevet, le “carnet d’équipe AV” qu’elle avait gardé précieusement toute sa vie, et qu’elle relisait souvent, pour reprendre courage… Devant moi, elle a remis ce carnet à sa fille qui était là, près de nous, en souhaitant qu’elle puisse vivre à son tour la même expérience… Quelques jours plus tard, je célébrais la sépulture de Josiane, profondément marqué par son témoignage ultime de fidélité à son engagement d’Âme Vaillante. Et comme j’accompagnais alors un CDR ACE dans le quartier où je vis maintenant, j’ai pu prendre appui sur ce témoignage de Josiane…pour souligner la fécondité insoupçonnée que peut avoir leur engagement de responsables au service des enfants dans leurs clubs ACE. Pierre (85 ans) prêtre depuis bientôt 60 ans

Ce contenu vous intéresse ?
EnVOYEZ-NOUS UN MESSAGE

Les informations que vous nous communiquez ne pourront être transmises à un tiers sans votre accord.

 

Vous devez renseigner votre prénom
Vous devez renseigner votre nom
Vous devez renseigner votre adresse
Vous devez renseigner votre code postal
Vous devez renseigner votre ville
Vous devez renseigner votre email

*Champs obligatoires

/* Default JS include */ /* Calculatrice utils */ /* Progessbar utils */