René Caillié

Dans ce journal Cœurs Vaillants du 22 mai 1960, c’est encore un explorateur français qui nous est présenté. C’est Saurel qui nous raconte l’aventure de René Caillié, l’explorateur indomptable. Et Mouminoux lui prête son coup de crayon pour l’illustrer.

Journal Cœurs Vaillants 22 mai 1960.

Jeune homme, René Caillié (1799-1838) devient rapidement orphelin de père et de mère. A la suite de la lecture passionnée de Robinson Crusoé de Daniel Defeo, il confie à sa sœur aînée, qui veille sur lui, sont désir de voyage et en particulier son rêve d’Afrique.

Journal Cœurs Vaillants 22 mai 1960.

A 16 ans il rejoint Rochefort et embarque sur un bateau qui le mènera, après plusieurs péripéties en Guadeloupe, il y passera plusieurs mois avant de rentrer en France. En 1817 il repart direction le Sénégal c’est là qu’il vivra, quelques années plus tard, une véritable inculturation au contact des Maures Braknas. Il apprend leur langue mais aussi leur culture et leur religion en vivant avec eux pendant 9 mois.

Journal Cœurs Vaillants 22 mai 1960.

Lorsqu’il émet son projet d’aller jusqu’à Tombouctou, il ne reçoit aucun soutient, il décide alors de s’y rendre seul, par ses propres moyens. A pied, il se joint parfois à des caravanes, traverse des déserts, affronte le scorbut, etc. Il est finalement le premier européen à atteindre Tombouctou (et à en revenir), le 20 avril 1828.

Nous pouvons remarquer plusieurs éléments intéressants à propos de cette bande dessinée. Tout d’abord, chose étonnante, les auteurs se sont trompés dans l’orthographe du nom du personnage principal, écrivant « Caillé » au lieu de « Caillié ». Et puis, notons aussi la façon dont nous est raconté cette histoire. Nous entrons de plus en plus dans « l’intimité » du héros. Le dessinateur fait le choix de plans de plus en plus rapprochés où Caillié nous est parfois présenté seul avec ses pensées. C’est l’aventure en solitaire qu’il nous est donné de découvrir, et en même temps la belle proximité du héros avec les peuples autochtones. Le dessinateur a su retranscrire aussi bien l’intériorité de Caillié que l’hospitalité et l’entraide des différentes personnes rencontrées.

Journal Cœurs Vaillants 22 mai 1960.

 

Sources

Wikipédia : René Caillié

Ce contenu vous intéresse ?
EnVOYEZ-NOUS UN MESSAGE

Les informations que vous nous communiquez ne pourront être transmises à un tiers sans votre accord.

 

Vous devez renseigner votre prénom
Vous devez renseigner votre nom
Vous devez renseigner votre adresse
Vous devez renseigner votre code postal
Vous devez renseigner votre ville
Vous devez renseigner votre email

*Champs obligatoires

/* Default JS include */ /* Calculatrice utils */ /* Progessbar utils */